ITW

Un Viriati à Paris ?

Ilan Raphanel
Chez les Raphanel, le mot "petit" n'existe pas. Pour Ilan, seul son âge prouve qu'il est le plus jeune de sa famille et non sa taille (1,98 m) qui dépasse celles de sa sœur et de ses parents (mais pas encore celle de son aîné – 2,04m). Il faut dire qu'on avoisine le mètre 90 de moyenne dans la fratrie !
Remarqué par cet aspect génétique, mais aussi par la manière dont il s'en servait sur le terrain, Ilan est en passe d'intégrer, la saison prochaine la plus haute école de formation de sport à haut niveau (INSEP). 
Alors qu'au moment où ses lignes s'écrivent, il passe son stage de pré-sélection à Paris, le WeBCV lui a posé quelques questions avant son départ, tout en croisant les doigts sur la souris…
Merci à lui d'avoir pris le temps d'y répondre et bonne chance !
  • Ilan, peux-tu te présenter ?
Je m'appelle Ilan, j'ai 14 ans et je suis en 3è au collège Saint Louis Saint Bruno au Pôle Espoirs du Lyonnais. 
J'ai commencé le basket à Viriat de Baby jusqu'en U11. Puis j'ai continué avec la CTC JL-Viriat jusqu'en U15 (AURA), en intégrant le Pôle l'année dernière. Cette saison, j'ai rejoint les U15 France LyonSo (Oullins-St Foy) où je joue au poste 4-5.
 
  • Entre le Pôle, le club et la famille, c'est quoi pour toi une semaine type ?
J'arrive au Pôle le dimanche soir à l'internat. Tous les matins, je vais en cours jusqu'à 14h30, puis j'ai basket tous les après-midis.
Les entraînements varient d'un jour sur l'autre : le lundi, c'est musculation et travail par poste ; le mardi, défense ; le mercredi, musculation et entraînement classique ; le jeudi, du jeu ; le vendredi, entre midi et 14h, séances de tirs et le soir, j'enchaîne avec l'entraînement au club. Après, mon père vient me chercher et j'arrive chez moi, à Viriat, vers 23h. Puis je repars le dimanche avant 10h30.
Ce qui est bien au Pôle, c'est que tout est aménagé pour faire du basket, avec des entraînements tous les jours, et aller à l'école sans perturber les cours. Cela me permet aussi de rencontrer de très bons joueurs à tous les postes, et de beaucoup progresser.
 
  • Comment as-tu réagi à ta pré-sélection à l'INSEP avec le "stage" de 4 jours en mars (du 11 au 15) ?
J'étais très content quand j'ai appris que j'étais en pré-sélection INSEP car il n'y a que 20 places et les autre joueurs du Camp France à Bourges étaient vraiment très bons.
 
  • Comment vois-tu ton avenir ?
Le stage (qui a commencé lundi, ndlr) va me permettre de mieux connaître l'INSEP où j'espère être retenu car c'est le centre fédéral, et cela peut me permettre de jouer en Pro à la sortie du centre.
Si je ne vais pas l'INSEP, j'aimerais rejoindre le centre de formation U18 de la JL Bourg.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un Viriati à Paris ?

Ilan Raphanel
Chez les Raphanel, le mot "petit" n'existe pas. Pour Ilan, seul son âge prouve qu'il est le plus jeune de sa famille et non sa taille (1,98 m) qui dépasse celles de sa sœur et de ses parents (mais pas encore celle de son aîné – 2,04m). Il faut dire qu'on avoisine le mètre 90 de moyenne dans la fratrie !
Remarqué par cet aspect génétique, mais aussi par la manière dont il s'en servait sur le terrain, Ilan est en passe d'intégrer, la saison prochaine la plus haute école de formation de sport à haut niveau (INSEP). 
Alors qu'au moment où ses lignes s'écrivent, il passe son stage de pré-sélection à Paris, le WeBCV lui a posé quelques questions avant son départ, tout en croisant les doigts sur la souris…
Merci à lui d'avoir pris le temps d'y répondre et bonne chance !